Allocution du général Christian Piquemal

Allocution du Général Christian Piquemal lors du Conseil National de la Résistance Européenne du 28 septembre 2019

« Dans le cadre de cette réunion nécessaire du CNRE, je tiens à déclarer que ces deux jours seront incontestablement décisifs pour le devenir de ce noble projet. Mais voilà, cet appel, en raison de l’apathie générale et des appétits stériles, sonne dans le vide jusqu’à présent. Que devenons nous choisir : mettons-nous ensemble un coup d’arrêt à ce Conseil National de la Résistance Européenne ou bien au contraire lui donnons nous un second souffle en ouvrant son champ d’action ?

L’heure n’est pas à la désespérance mais au labeur et au combat. La tâche que je vais vous présenter est harassante : elle a pour mission de définir l’immense champ de destruction de notre pays, enclenché inéluctablement et insidieusement depuis la Révolution. Cette force de frappe s’est révélée phénoménale ces 40 dernières années. La question qui se pose est : comment parvenir à démontrer le caractère organisé et implacable de cet anéantissement de la France originelle, France livrée à une idéologie mortifère, criminelle voire génocidaire ?
Dans un premier temps, je vais essayer de balayer en panoramique les rouages légalisés de l’anéantissement de notre pays : le grand remplacement, démontré vaillamment par Renaud Camus est désormais présent dans beaucoup d’esprits. Il constitue le socle.
Puis dans un second temps, je proposerai des mesures à prendre : à savoir la reconnaissance d’un observatoire de la France en péril génocidaire, la lutte acharnée pour le devoir de mémoire, vital pour défendre notre civilisation et notre droit ancestral par la création d’un Conseil voire une cour d’arbitrage du Peuple Français. Il s’agirait par ce Conseil de faire entendre notre droit à vivre dans la dignité et la sécurité en tant que Peuple et civilisation. Par notre Histoire nous sommes un des murs porteurs de la civilisation occidentale.
Pour faciliter mon propos, je  vais m’appuyer sur trois articles à savoir les articles 211-1 de la loi 2004 et 212-1 de la loi 2013 de notre code pénal définissant, d’une part le génocide et d’autre part le crime contre l’humanité (voir en annexes). Par ailleurs, j’ai ajouté la définition par l’ONU en 1948 du génocide et de l’incitation au génocide. Inscrire le grand remplacement et le tribalisme cultuel comme processus génocidaire est donc le défi que je vous propose de relever ensemble pour poursuivre notre combat et unir les forces de résistance en France et en Europe.
Il n’a échappé à personne que la culture de la mort et de l’ensauvagement a tout embrasé ! On entend le leitmotiv « c’était mieux avant ».
Qu’est devenue la France depuis 40 ans ? L’ombre d’elle-même ! Une reine déchue et humiliée, elle qui avait été le phare des nations ! La barbarie s’immisce de plus en plus dans notre quotidien. La banalisation des crimes et leur impunité nous donnent le sentiment d’être livrés sans secours à nos bourreaux. Une justice à deux vitesses fait régner l’iniquité dans nos tribunaux et dissimule désormais à peine le tribalisme clientéliste d’État (véritable favoritisme pourtant condamné par nos lois). Cette dérive idéologique et clientéliste favorise le nomade par rapport au sédentaire qu’on vise à spolier jour après jour de ses droits à subsister. C’est ce que j’appelle la revanche d’Attila ou la victoire de Caïn. Pour nous anéantir, tous les moyens sont bons : démembrement du pays, partition du territoire en vue, facilitée par la fraude organisée sur la constitution du corps électoral par le biais d’une citoyenneté bradée, expropriations y compris territoires communaux. J’en veux pour preuve les 24 hectares du village de Porta dans les Pyrénées Orientales qui  viennent d’être donnés par le co-prince d’Andorre Macron (mesure enclenchée depuis 2012) à la Principauté d’Andorre. La source de l’Ariège est désormais Andorrane et aucune réaction à grande échelle contre cette violation de notre Constitution. Spoliations, humiliations à coups de repentance, métissage systémique et mortifère, discrimination positive, harcèlement quotidien, maltraitance physique et morale pouvant aller jusqu’à la torture, crimes de masse, empoisonnement de la population, persécution antichrétienne et en particulier anticatholique s’accentuent.
Pourtant la liste est loin d’être exhaustive ! Prendre conscience du mal qu’on nous fait physiquement, moralement, psychiquement, psychologiquement, culturellement, intellectuellement, socialement, économiquement, politiquement, administrativement, juridiquement, spirituellement et forcer les portes de notre enfer quotidien est notre seul salut !
Il n’y a plus une dimension de notre être où nous ne soyons pas persécutés. Nous n’aurons bientôt plus de répit. Cette gouvernance machiavélique divise pour régner. La somme exponentielle de crimes nous donne le tournis et il est temps de rassembler ce concert de drames dont nous ne déchiffrons pas la partition complète. Pas encore. Mais là est notre devoir et notre issue : la dénonciation du grand remplacement a ouvert une assise et une voie salutaires.
Je vais donc prendre des points précis des articles que vous avez devant vous à titre d’exemples et les étayer par notre tragique actualité.
Atteinte à la vie
La loi Veil a fait des ravages dans notre renouvellement générationnel. L’Assemblée Nationale s’est empressée de considérer cette loi comme non génocidaire. Étrange, qu’elle ait pris ce soin de protéger le jugement éventuel de cette loi aux Assises…
Que penser de la suppression du délai de réflexion, de la poursuite pénale de ceux qui essaient de dissuader sur Internet une future mère d’avorter, pendant que la CAF encourage la natalité des nouveaux arrivants ?
Par ailleurs l’affaire Vincent Lambert sonne l’alerte d’un système euthanasiant les personnes vulnérables, handicapées malades ou âgées. Il est incroyable qu’un Attali puisse déclarer sans vergogne qu’on euthanasie au-delà de 70 ans pendant que la sécurité sociale dérembourse des médicaments nécessaires aux malades et réfléchit à ne plus rembourser certaines prises en charge médicales au-delà d’un certain âge. Cette comptabilité sans âme n’est elle pas criminelle ? L’eugénisme prénatal a déjà fait ses ravages, désormais l’eugénisme contre les vivants pointe sa lame acérée et dévastatrice. On peut s’inquiéter du fichage potentiel que pourrait représenter la MDPH et de la raison pour laquelle les enfants précoces sont classés dans la section « handicap », comme si tout ce qui ne correspond pas à la norme moutonnière était à codifier, comme des papillons sous verre.
On peut y ajouter la mise sous curatelle et tutelle de nos aînés avec des curateurs et des administrations de tutelle plus que sujets à caution bien souvent. Comment priver de l’envie de vivre une personne âgée en la privant du droit de disposer de sa retraite et de sa liberté ? Regardez votre feuille d’impôt, il est marqué en premier : être tuteur ou curateur devient un statut dans cet univers de la sécurité et de la protection qui montre en fait une emprise effroyable sur nos vies. Beaucoup de nos aînés qui ne représentent pas de perspectives lucratives pour le système meurent pendant ce temps là de faim et se nourrissent de détritus…
La solidarité devient un mot creux et pervers. Il n’y a qu’à voir le nombre de procès en cours…
Et tout cela serait le fruit de l’incompétence technocratique et du hasard ? Vraiment ? Cela ne commence-t-il pas à faire beaucoup ?
Atteinte grave à l’intégrité physique ou psychique
Comment ne pas penser à l’endoctrinement de masse à la repentance ? N’est ce pas cela en fait la soumission forcée à un autre groupe ? Comment est-il possible que des appels au meurtre des Blancs et des Français, donc propos génocidaires, puissent être ainsi protégés par un prétendu « art ». Les affaires Medine, Nick Conrad, Black.M montrent bien cette complaisance institutionnelle qui a rencontré une résistance populaire. L’école de la république est devenue un lieu d’endoctrinement où l’enfant Français doit se sentir dès le berceau un être vil, raciste, colonialiste, esclavagiste antisémite, cruel. Bref mauvais.
Et l’on s’étonne que le suicide soit la première cause de mortalité chez les jeunes ? Dissimuler à notre descendance notre Histoire glorieuse et singulière est un crime et le soumet à un système tribaliste dès le berceau. Pour d’autres peuples, le concert tous azimuts lance ses plus beaux accords dans une symphonie onusienne mais pour la France ancestrale que nenni ! Pourquoi cette iniquité insensée ? A quelle fin ?
On ne se contente pas d’abêtir, on avilit nos enfants pour les soumettre davantage : l’endoctrinement sexuel n’est-il pas une atteinte effarante à l’intégrité physique, morale et psychique de nos enfants ? Cela fait avancer chaque jour la reconnaissance de la pédophilie si chère semble-t-il à tant de soi-disant élites. La charia et la pédophilie avancent masquées main dans la main et s’immiscent partout dans un antagonisme qui n’est que de surface. L’innocence de l’enfant est menacée partout. Les lois censées le protéger le livrent de plus en plus à la dépravation des adultes. La notion de minorité, donc de protection parentale devient floue et élastique. La disparition du « mademoiselle » cache un désastre civilisationnel. A quand le mariage des enfants ? Dans notre civilisation fondée sur la morale chrétienne où un des devoirs premiers est de protéger les enfants, tout ce système effroyable commence à dessiner un horizon aux contours génocidaires.
L’intégrité physique est aussi menacée par cet empoisonnement généralisé : nourriture, médicaments, vaccins, eau, drogue, pollution, ondes électromagnétiques… La marchandisation du corps est de plus en plus effroyable : nous avons laissé passer la loi sur l’acceptation du don de ses organes sauf inscription dans une base de refus (encore du fichage des opposants) en janvier 2017, reniant le caractère incessible du corps sauf autorisation de notre part. La perversion du sens est partout.
La PMA et la GPA vont permettre une atteinte à la filiation et à la dignité de l’être humain qui n’est pas un objet. Cette politique, dans d’autres cultures, est jugée génocidaire. En France c’est du complotisme ! Circulez, il n’y a rien à voir!
Ainsi on pousse peu à peu notre peuple à s’autodétruire pour masquer les responsabilités du système. On avilit, on corrompt, on dupe. Le mensonge devient le mode de gouvernance au pays des Francs. Que dire d’un pays où on accepte, grâce à l’enfumage politico-médiatique, que des forces de l’ordre estropient et humilient des manifestants rétablissant en quelque sorte la torture publique dans l’assoupissement général, comme si ces images étaient juste des films de séries B lorsqu’on torture un peuple devant toutes les caméras du monde ?
La France, pays des droits de l’homme et du citoyen ? FOUTAISES !
Que dire d’un peuple qui se laisse ficher sans sourciller et que la biométrie mettra bientôt sous une police capable de surveiller les moindres faits et gestes ? Que dire des internements abusifs pour délit d’opinion ? Liberté ? FOUTAISES ! Identitaires et lanceurs d’alerte, nous sommes tous sur la brèche et connaissons la chanson du pouvoir.
Soumission à des conditions d’existence de nature à entraîner la destruction partielle ou totale du groupe
La perte de nos valeurs, de nos principes, le déni de notre Histoire véritable odieusement falsifiée, le déni de guerre, maquillé en « incivilités », délinquance, attentat, flux migratoire pour masquer une invasion et un remplacement de population par submersion, crimes et discrimination positive donc anti-française, paupérisation organisée, dictature larvée de plus en plus palpable, spoliations, lois contraires à notre survie comme la suprématie du droit du sol sur le droit du sang, impunité de crimes odieux, mensonge et corruption généralisé, iniquité systémique, fiscale et sanitaire (j’ai nommé l’AME) qui engraisse le nouvel arrivant mais fait faire les poubelles à nos aînés, déisme républicain comme au temps de Robespierre. Tout cela vise un seul objectif : détruire le Peuple ancestral pendant qu’on ne cesse de nous ressasser la préservation de la culture des autres peuples, mais pas la nôtre ! Jusqu’à quand allons-nous tolérer la prévalence de Caïn et la destruction de nos racines chrétiennes ? Nos églises brûlent en toute impunité, sonnant le glas de notre civilisation pendant que l’oligarchie au pouvoir, enfreignant sans vergogne la Constitution, s’en lave les mains !
Mesures visant à entraver les naissances
A qui s’adresse vraiment la politique contraceptive dans ce pays ? A quelles fins ? Où commence cette politique et où aboutit-elle ?
Comment être sourd aux voix qui s’élèvent contre la nocivité des vaccins administrés à de toutes jeunes filles ? Il devient vital de savoir si ces vaccins ont des effets sur la fertilité et provoquent des cancers, non ? Nous avons tous des enfants et des petits-enfants !
Par ailleurs, l’endoctrinement anti-mariage, la pandémie du divorce et de ses douloureuses conséquences, la consécration de l’individualisme, la négation des devoirs de famille, l’affaiblissement institutionnel de l’autorité parentale, l’exacerbation de la liberté individuelle, collaborent tous au désaveu de donner la vie chez beaucoup de jeunes. Pendant ce temps là les nouveaux arrivants font tourner à plein régime les maternités…
Transfert forcé d’enfants d’un groupe à un autre groupe
Comment ne pas penser à l’ASE de plus en plus dénoncée et à son business de l’enfance ? Un enfant placé rapporte beaucoup, donne du travail au personnel d’encadrement, permet de disloquer des familles. Comment tolérer qu’une députée en l’occurrence Mme Rossignol puisse affirmer sans être recadrée que l’enfant appartient à l’État et non à ses parents ?
Le placement abusif des enfants a été dénoncé par Philippe Seguin en 2009. Il estimait que la moitié d’entre eux étaient placés abusivement. On parlait alors déjà du calvaire de 75000 enfants qui, passés par ce tunnel effroyable de l’ASE, deviennent en général SDF…
Le génocide c’est avant tout détruire les enfants d’un peuple. Qui est placé en priorité ? Comment se fait-il que beaucoup de familles musulmanes deviennent familles d’accueil (et l’enfant confié deviendra sûrement musulman). Cela est une violation du droit de l’enfant à être respecté dans sa culture et religion originelles. Il nous faut pouvoir évaluer urgemment cette violation cruciale du droit.
Comment nier les pulsions génocidaires d’une telle politique, quand on voit l’endoctrinement des médias au métissage et à des cultures exogènes ? Comment contester l’évidence, quand on voit les déclarations de nos politiques sur le métissage où l’amour de deux êtres n’est pas l’enjeu mais révèle un système idéologique sans âme et fou de dérives génétiques ? Comment ne pas se souvenir des propos de Nicolas Sarkozy à ce sujet ? « Nul ne pourra s’opposer au métissage ».
L’acculturation du peuple et également des enfants, son assujettissement aux réseaux sociaux est aussi un levier génocidaire. Du pain, des jeux et du réseau : tableau moderne de l’asservissement général. Ce que j’évoque ici n’est qu’un tableau rapide permettant de vous montrer comment ces articles de lois pourraient nous permettre de gagner en synthèse, de faire réagir l’opinion et de démasquer peut-être cette politique insidieuse et émiettée dans nos champs de compétences, personnel et associatif. Nous serions ainsi en mesure d’obtenir in extremis une adhésion et une participation du plus grand nombre en démontrant que nous sommes tous touchés par une destruction de masse et faire reconnaître sa finalité génocidaire. Le CNRE serait en mesure de se doter d’un pôle juridique et constitutionnel pour démontrer combien les lois nationales et supranationales ainsi que les déclarations de nos politiques et technocrates visent à notre éradication. Cette commission d’enquête pourrait ainsi aboutir à un grand conseil d’arbitrage (à l’instar du consistoire juif) pour la défense de notre peuple et de notre dignité. Ainsi, nous pourrions clamer notre vérité à la face des autres peuples européens qui nous prennent pour des serpillières alors qu’aucune dictature n’est plus dure qu’en France depuis la révolution Française (le génocide non reconnu des Vendéens par notre gouvernance en témoigne alors que les preuves sont accablantes). Unissons nos forces à la démontrer. Toutes les victimes du quotidien et les victimes de masse comme au Bataclan et Nice comptent sur nous.
C’est pourquoi le devoir de mémoire que j’avais intitulé en septembre 2018 le mémorial Bataclan est le fait de faire enregistrer ce que nous subissons comme crimes contre l’humanité et faire enregistrer auprès des services de la félonie onusienne les prémices d’un génocide pour que personne ne puisse dire « je ne savais pas » lorsque le procès de Domrémy (c’est ainsi que j’ai appelé notre futur Nuremberg) aura lieu.
A cet effet, pour mobiliser les consciences et en collaboration avec Minurne, nous lançons dès ce jour la rubrique et plate-forme ORG (Observatoire du Risque Génocidaire).
Appelons de tous nos vœux ces Assises du Peuple Français et nous jugerons enfin tous ces fonctionnaires et complices qui ont laissé ces crimes être perpétrés contre la France ou, pire encore, y ont prêté main forte.
A ce sujet, le remplacement progressif et insidieux de nos fonctionnaires par des agents issus de l’immigration, jouant de la deuxième nationalité, contribue aussi à l’expansion de cette politique génocidaire fondée sur le harcèlement quotidien et permanent de notre peuple.
Oui ! La difficulté de démontrer un plan concerté savamment éparpillé pourrait être levée par l’union de tous nos drames dans des Assises du Peuple. Cela recréerait le tissu, le corps de la nation par les misères subies enfin unies en un seul cri.
La flamme de la résistance doit être nourrie de tous nos maux : à nous de les rattacher au plan dévastateur d’ensemble que nous ressentons et de créer un réseau d’entraide efficace fondé sur l’entraide réciproque et non l’assistanat, sur la parole et non l’omerta. Créons la caisse de secours pour combattre notre persécution. Trouvons une devise commune qui crie notre refus d’être sacrifiés sur l’autel du mondialisme.
Au glas préférons le tocsin !!! C’est debout qu’on écrit l’Histoire. Écrivons encore une page ensemble de cette Histoire inégalée. Un pour tous. Tous pour un. N’acceptons pas que Robespierre ait raison à travers les âges en nous rendant responsables du mal qu’on nous fait. Résistons ! Insistons ! Persistons ! Vaincre ou mourir ! France d’abord ! France toujours ! Nous ne serons pas Homo genocidus. »

Général Christian PIQUEMAL, Président du Cercle des Citoyens Patriotes